Quelques mots sur ma conception de la fabrication :

C’est le plaisir de travailler le bois et de fabriquer de mes mains des instruments qui m’a attiré dans ce métier, en plus de ma passion pour la musique.
Le plaisir de la restauration, la satisfaction d’apporter du confort aux musiciens et de résoudre des problèmes sur leurs instruments n’est venu qu’après.
Mon apprentissage en Italie a été déterminant dans ma conception de la fabrication :
Sensations et spontanéité plutôt que mesures prédéterminées. Œil et touché plutôt que compas et réglet. Inspiration plus que copie. Personnalité dans la réalisation plutôt qu’originalité dans les modèles. Sonorité, durabilité et facilité de jeu avant l’esthétique.
L’instrument, comme son nom l’indique n’est qu’un outil pour faire de la musique.
Le luthier n’est ni un médecin ni un artiste, c’ est un artisan, d’art peut-être , mais un artisan.
Je ne souhaite pas me spécialiser dans un domaine, la construction, la restauration, les réglages, le moderne et le baroque, en lutherie comme en archèterie se complètent et forment un tout. Je préfère cette vision globale de l’instrument à une spécialisation que je ne saurais pas choisir.